Investir dans la croissance à long terme à 73 ans ?

Par Josée Jeffrey, D. Fisc. Pl. Fin.

J’ai 73 ans. Un conseiller de Desjardins me propose d’investir 5 000 $ dans le Capital régional coopératif Desjardins (CRCD). Comme je n’ai pas de liquidités en main, on me suggère de retirer 7 000 $ de mon FERR afin de procéder à cette transaction. Le montant de mon FERR est de 75 000 $. Je trouve trop longue la période de détention obligatoire de ce placement, fixée à un minimum de 7 ans, étant donné mon âge. De plus, le montant conservé dans mon FERR n’est pas très élevé; je trouve que cela me pénalise si jamais je devais avoir besoin d’un montant supplémentaire. J’aimerais connaître votre opinion sur ce sujet.

Jacques D. de Québec

D’entrée de jeu, vous devez savoir qu’un investissement dans le Capital régional coopératif Desjardins (CRCD) procure un crédit d’impôt provincial de 50 % du montant investi. Vous pouvez investir un maximum 5 000 $ par année. Les épargnants s’arrachent littéralement ce placement. Ces temps-ci, ces actions se vendent comme des petits pains chauds dans les caisses Desjardins participantes.

L’ensemble du fonds du CRCD est géré selon une répartition prudente. En effet, 60 % du capital est investi dans les petites et moyennes entreprises alors que le reste, soit 40 %, est investi en obligations garanties afin de préserver la valeur du capital au cours des années et d’assurer la disponibilité de liquidités nécessaires au besoin, au remboursement des actions.

Malgré sa gestion prudente, ce genre de placement correspond à des profils d’investisseurs dont le degré de tolérance au risque est de moyen à élevé et vise une croissance de leur capital à long terme.

Depuis sa création en 2001, la valeur de l’action du CRCD est tout de même demeurée stable et s’est appréciée dans la dernière année.

Les sommes non admissibles au REER doivent être détenues pour une durée minimale de sept ans. Le crédit d’impôt est non remboursable. La partie inutilisée de votre crédit ne peut être reportée à une année subséquente. Elle peut cependant être transférée à votre conjoint.

Vous devez considérer certains facteurs dans votre prise de décision :

1)    Indépendamment de l’âge de l’investisseur, le CRCD procure un avantage fiscal intéressant pour les contribuables dont la facture d’impôt est plus élevée. Jusque dans quelle mesure avez-vous intérêt à réduire votre fardeau fiscal ?

2)    La période de détention obligatoire de sept ans est un facteur déterminant à mettre en relief selon votre situation financière.

3)    Quels sont vos objectifs financiers pour les prochaines années ? Vos retraits FERR dépassent-ils vos besoins pour combler votre coût de vie ?

4)    Quelle est votre degré de tolérance au risque ?

5)    Quelle est votre espérance de vie?  Selon les normes d’hypothèses de projection de l’IQPF, un homme de 73 ans a encore 50% des chances d’être en vie à 90 ans.

Dans votre cas, d’un point de vue fiscal, le retrait additionnel de 7 000 $ de votre FERR et un investissement de 5 000 $ au CRCD ne diminuera que très peu votre facture fiscale.

Mise à part le rachat non imposable de vos actions dans sept ans, ce choix d’investissement ne colle pas très bien à votre profil. En phase de décaissement, la sécurité du capital est importante d’autant plus que vous ne possédez aucune autre liquidité par ailleurs.

Toutefois, ce choix d’investissement peut s’avérer excellent pour un autre investisseur.  À titre d’exemple, celui qui possède des immeubles locatifs appréciera le crédit d’impôt du CRCD pour réduire ses impôts.

Chaque situation mérite son analyse.

Partagez!
Ce contenu a été publié dans Investissement, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire