La retraite au féminin

Par Josée Jeffrey, D. Fisc, Pl. Fin.
Focus Retraite & fiscalité inc.
 
Toujours dans le cadre du mois de la planification de la retraite, je poursuis ma série de chroniques sur ce sujet. Cette semaine, elle concerne plus particulièrement les femmes. Heureusement, les conditions économiques des femmes se sont grandement améliorées avec les années. Néanmoins, elles demeurent encore préoccupées face à leur situation financière à la retraite.  Certains évènements importants de leur vie contribuent à une préparation à la retraite plus lente et souvent plus tardive.

L’espérance de vie

C’est un fait, les femmes vivent plus longtemps que les hommes.  La tendance de cette variable des plus importantes s’est accrue avec les années, et ce, autant pour les hommes que pour les femmes. L’espérance de vie des femmes à la naissance est actuellement à 83 ans comparativement à 79 ans pour les hommes. Conséquemment, les femmes devront épargner davantage pour avoir une qualité de vie appréciable pendant toutes ces années.

En matière d’emploi et le temps partiel

Depuis les dernières décennies, les femmes sont de plus en plus actives sur le marché du travail.  Le problème qui persiste est, sans contredit, le travail à temps partiel.  De plus, une bonne partie d’entre elles occupent des emplois moins rémunérateurs offrant peu d’avantages sociaux. À cela s’ajoute un taux d’absentéisme au travail plus élevé pour les femmes à cause de la naissance des enfants et leur éducation.

Revenus moins élevés

Au Québec, la Loi sur l’équité salariale a contribué à réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes. Malgré tout, nos femmes retraitées actuellement en paient la note.

Quoique le nombre de femmes qui cotisent à un REER est comparable aux hommes, c’est la valeur de la cotisation qui est moindre. Aussi, parce qu’elles ont souvent un revenu moins élevé que les hommes, leur rente de retraite de la RRQ des femmes s’en trouve proportionnellement réduite. Leurs contributions à un régime de pension agréé sont aussi affectées.  Plusieurs d’entre elles améliorent leur sort en rachetant des années de service.

Heureusement, le plafond annuel pour cotiser au CELI n’est pas discriminatoire.  En fait, le plafond est le même pour tous, sans égard aux revenus gagnés.

Force est de constater que les revenus des femmes à la retraite sont habituellement moins élevés que ceux des hommes. Voilà pourquoi 45 % des femmes choisissent de demeurer sur le marché du travail au-delà de 65 ans.

Comportement financier des femmes

Le comportement financier des femmes est différent de celui des hommes. Leur profil d’investisseur est généralement plus conservateur. En matière de placement, elles prennent moins de risques. Néanmoins, ce sont d’excellentes gestionnaires du budget familial.

Cela étant dit, voici quelques conseils de base qui vous permettront d’atteindre des objectifs réalistes à la retraite :

  • Épargnez tôt de façon régulière et systématique en vue de la retraite;
  • Respectez votre budget et éliminez vos dettes rapidement avant le départ à la retraite;
  • Évaluez vos besoins actuels et à la retraite et fixez-vous des objectifs pour les atteindre;
  • Maximiser vos contributions au régime de retraite de l’employeur;
  • Augmentez vos connaissances financières et soyez vigilantes devant les possibilités de fraude;
  • Consultez des professionnels compétents et reconnus par les organismes en matière de placement et de planification financière.
Partagez!
Ce contenu a été publié dans Retraite. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire